Toutes l'actualité

ALERTE A UNE HOULE DANGEREUSE

  • Le 06/03/2019 12:11:31
  • L’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) prévoit une houle dangereuse de secteur Nord-ouest pouvant dépasser 2.5 m entre jeudi à partir de 18 H et samedi à 10 h sur les côtes sénégalaises. Cette houle pourrait notamment frapper la Grande Côte, Dakar, la Petite Côte et la Casamance, a informé l'ANACIM aujourd'hui .


    CIEL DÉGAGÉ ET MAINTIEN DE LA CHALEUR, LES PROCHAINES HEURES (ANACIM)

  • Le 11/03/2019 11:08:52
  • L’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANCIM) prévoit au cours des prochaines heures un ciel dégagé sur l’ensemble du pays et un maintien du temps chaud, notamment dans les localités du Sud et du Centre. ‘’Le ciel sera dégagé sur l’ensemble du pays au cours de ces prochaines 24 heures. Le temps chaud se maintiendra à l’intérieur du territoire surtout sur les localités Sud-est et Centre-est où les pics de températures avoisineront 37° à 40°C’’, indique le bulletin prévisionnel de l’ANCIM. Le document transmis ce dimanche évoque par contre des températures relativement clémentes à Dakar. La fraîcheur nocturne et matinale persistera sur une bonne partie du pays avec des températures minimales qui seront en dessous de 21°C hormis les localités de Kédougou, Tambacounda, Matam, Bakel et Kaolack où la fraicheur sera moins ressentie, précise la même source. L’ANCIM annonce également que les visibilités seront généralement bonnes avec toutefois des particules de poussière en suspension sur les localités Est, dans la matinée du lundi.


    UNE AGRICULTRICE RELÈVE L’IMPORTANCE DES INFORMATIONS CLIMATIQUES

  • Le 11/03/2019 18:00:23
  • La maîtrise des informations climatiques est devenue une "nécessité vitale" dans un contexte de changement climatique, a déclaré lundi à Dakar, Anna Gaye, une agricultrice de la région de Kolda (sud). Elle faisait un témoignage sur l’importance des systèmes d’information climatique et météorologique (SICM) lors de l’ouverture de l’atelier de revue à mi-parcours du projet USAID/CINSERE sur l’agriculture et le changement climatique. Cette rencontre de trois jours a été l’occasion pour des agriculteurs venant du Sénégal, du Mali, du Togo et d’autres pays de la sous régions, de partager "les connaissances acquises et les leçons apprises de l’USAID/CINSERE. Ce projet de services d’information climatique a été lancé en 2016 pour "accroître la résilience et la productivité au Sénégal". Anna Gaye a notamment insisté sur la nécessité de maîtriser de telles technologies et de les adapter dans les activités agricoles. Selon elle, malgré quelques réticences notées au début chez des populations locales qui se référaient aux traditions, "l’utilisation des systèmes d’information climatique et météorologique (SICM) a aujourd’hui permis aux agriculteurs de procéder à des choix gagnants sur les semences adaptées". Les SICM ont également permis selon toujours Anna Gaye "d’éviter d’épandre l’engrais afin qu’il profite à la plante". "Il nous arrivait d’épandre l’engrais et que la pluie tombe le lendemain, emportant tout sur son passage", se souvient-elle. "Mais aujourd’hui avec les alertes de l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) à travers des SMS ou par le canal de radios communautaires, nous savons les moments propices pour épandre notre engrais", renseigne Anna Gaye. Source APS


    Alerte à une couche de poussière dense dans l'ensemble du territoire.

  • Le 12/03/2019 14:16:36
  • Dakar, 12 mars -Une couche de poussière dense en provenance de la Mauritanie et du Sud de l'Algérie est prévue sur l'étendu du territoire Sénégalais du lundi 11 mars à 18 h au jeudi 14 mars à 12 h, annonce (ANACIM) dans son bulletin. La couche de poussière dense sera surtout observée sur la moitié du Nord du pays et sur les localités centres Ouest notamment à Dakar. Sur les localités centres et Sud, la concentration de la poussière sera moyenne. Les visibilités sera par conséquent réduites sur le pays. L'ANACIM alerte que la réduction de la visibilité, étroitement liée à la densité de la poussière, pourrait affecter les secteurs du transport aérien, maritime et routier. Aussi il pourrait exister un risque sanitaire élevé pour les personnes particulièrement sensibles ( jeunes, enfants, asthmatiques et personnes âgés). Il est conseillé de ne pas trop s'exposer à l'air ambiant, d'éviter les activités sportives intenses à l'extérieur et aussi d'être très vigilants sur la route.


    L'ANACIM : annonce un ciel dégagé dans les prochaines 24 heures

  • Le 13/03/2019 14:18:11
  • L'agence nationale de l'aviation civile et de la météorologie du Sénégal prévoit un ciel dégagé au cours des prochaines 24 heures sur l'ensemble du territoire national. La chaleur se maintiendra à l'intérieur du pays surtout dans les régions du Sud est et du centre ou les températures altèrent entre 38° et 41°c. Par contre à Dakar la chaleur sera moins intense avec des maxi qui ne dépasseront pas les 29°c. Déclare l'ANACIM dans son bulletin prévisionnel à courte échéance. Elle souligne que la fraîcheur nocturne et matinale sera moins ressentie sur l'ensemble du pays ou les les températures minimales seront entre 26°c à Kaolack et 25°c à kolda. L'ANACIM indique que les visibilités seront réduites par des particules de poussière en suspension sur l'ensemble du territoire national. Les vents seront de secteur Nord est et d'intensités faibles à modérées.


    Changement climatique : 47 milliards de dollars pour l’Afrique, une nouvelle promesse de financement

  • Le 20/03/2019 11:59:05
  • La Banque mondiale et la Banque africaine de développement ont décidé d’octroyer plus de 47 milliards de dollars à des pays africains d’ici 2025, afin de les aider à faire face aux effets du changement climatique. Un appui destiné en priorité aux pays côtiers et insulaires, parmi les plus exposés. Pour soutenir les pays africains les plus touchés par les effets du changement climatique, la Banque africaine de développement (BAD) et la Banque mondiale vont décaisser 47 milliards de dollars au cours des six prochaines années. L’aide promise d’ici 2025 est un appui destiné en priorité aux îles et aux localités côtières. En Afrique, plusieurs Etats notamment ceux situés au niveau des côtes sont en effet exposés et particulièrement vulnérables aux effets du changement climatique. Des effets relatifs à l’élévation du niveau de la mer et à la détérioration des récifs coralliens des pays. Dans un communiqué, les deux établissements financiers font état d’une contribution de 22,5 milliards de dollars de la Banque mondiale sur la période 2021-2025, tandis que la BAD a annoncé un financement de 25 milliards de dollars de 2020 à 2025, dans le cadre de son programme de lutte contre le changement climatique. Les fonds sont destinés à augmenter les investissements dans des projets d’énergie renouvelable, en mettant l’accent sur les centrales solaires. « La part de notre portefeuille dans la production d’énergie renouvelable entre 2013 et 2015 était de 59%, mais de 2015 à 2018, nous sommes passés de ce pourcentage à 95% », a déclaré le président de la BAD, Akinwumi Adesina à Reuters en marge d’une rencontre sur l’environnement au Royaume-Uni. En plus des investissements dans les énergies renouvelables, une partie des fonds devrait être investie la lutte contre l’érosion côtière. Dans le cadre de la protection du littorale africain, des investissements sont attendus dans l’installation et la protection des digues ainsi que la fixation des dunes. Plusieurs pays côtiers ont également besoin de restaurer leurs zones humides et leurs mangroves de la zone, mais aussi de programme de protection de leurs récifs coralliens.


    Changement climatique dans l’Est du Sénégal : L’agriculture et l’élevage, principales victimes

  • Le 25/03/2019 13:06:05
  • L’Usaid vient de mettre à nu les effets dévastateurs du changement climatique dans cinq zones rurales de l’Est du Sénégal. Par conséquent, l’on assiste à une léthargie dans des secteurs comme l’agriculture et l’élevage, principales sources de revenus des populations locales. Changement climatique dans l’Est du Sénégal : L’agriculture et l’élevage, principales victimes L’agriculture et l’élevage souffrent du changement climatique. Du moins, c’est le constat du Programme de renforcement de la résilience au changement climatique en Afrique et en Amérique latine (Arcc), un projet de l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (Usaid). Hier, le diagnostic mené depuis 2012 montre les difficultés des domaines agricoles et pastorales dans les départements concernés par l’étude, notamment Matam, Kanel, Bakel et Goudiry. Sur l’agriculture par exemple, cette prospection a ressorti que les principaux facteurs qui plombent la production dans les zones de Bakel et Goudiry sont les précipitations et la température, tandis que dans les localités de Matam et Kanel, les précipitations annuelles moyennes sont en deçà de la croissance optimale pour le niébé, le mil, le maïs et l’arachide. De plus, les variations temporelles considérables des pluies réduisent encore la fiabilité des rendements dans ces deux sites. Au-delà de l’agriculture, le changement climatique freine aussi le développement de l’élevage avec un climat qui, de par sa variabilité, impacte négativement sur les pâturages disponibles avec de fortes mutations enregistrées dans le passé. Dans ce même ordre d’idées, les simulations numériques indiquent que les variations historiques du climat auraient affecté la végétation des parcours de bétail de façon plus sévère que ne l’auraient été les rendements des cultures. «L’agriculture et l’élevage ont des systèmes liés à l’environnement et à la pluviométrie. Donc, les changements climatiques affectent aussi la pluviométrie. Parfois, ce n’est pas en termes de moyennes ou de sommes des pluies, mais d’espacement. Parfois, les oiseaux détruisent la récolte quand elle est bonne, de même que des vents très chauds qui détruisent les récoltes», a expliqué Mamadou Barro, anthropologue et Professeur à l’Unive­rsité américaine d’Arizona, qui constate par ailleurs que les ménages mixtes, autrement dit ceux qui allient agriculture et élevage, sont moins vulnérables que les ménages qui usent les deux secteurs de manière séparée. Pour réaliser cette étude, le programme a dû faire 15 villages répartis dans les régions susmentionnées touchant pour l’occasion 450 ménages. «L’objectif de cette rencontre d’aujourd’hui (hier), c’est de renforcer les capacités des institutions de développement au Sénégal et les communautés rurales pour faire face aux changements climatiques. Ces derniers sont une réalité et les conditions ne semblent pas s’améliorer dans l’avenir. Donc, il faut essayer de jouer sur ce qu’on peut changer», a déclaré l’anthropologue. Dans son exposé sur l’environnement qui prévaut dans une partie orientale du Sénégal, il remar­que «des populations très vulnérables avec peu de ressources et qui ont accès à peu d’infrastructures sociales». Au regard de cette étude, une sensibilisation des populations sur le phénomène s’impose.


    CHANGEMENTS CLIMATIQUES : UNE RÉFLEXION SUR LES OPTIONS DURABLES D’ADAPTATION PRÔNÉE

  • Le 26/03/2019 15:36:51
  • Le directeur de cabinet du ministère de l’Agriculture et de l’équipement rural, Lamine Lô, a invité, mardi, les membres de l’Alliance mondiale pour la recherche sur les gaz à effet de serre (GRA) à une réflexion sur les potentialités et stratégies qui pourraient permettre d’adopter les options durables d’adaptation et d’atténuation des effets des changements climatiques. "Nous invitons tous les représentants de l’Alliance mondiale pour la recherche sur les gaz à effet de serre (GRA) à réfléchir sur les potentialités et stratégies qui pourraient nous permettre d’adopter les options durables d’adaptation et d’atténuation des effets des changements climatiques", a dit M. Lamine Lô. Il représentait le ministre de l’Agriculture et de l’équipement rural, Papa Abdoulaye Seck, à l’atelier régional de sensibilisation sur "l’élevage à faible émission de gaz à effet de serre : Politiques de soutien par la science en Afrique de l’Ouest et du Centre". Selon lui, cette réflexion permettra de mettre un accent particulier sur les effets sur la sécurité alimentaire, la gestion des ressources naturelles, les droits des producteurs ou éleveurs, etc. Le directeur de cabinet estime que " la recherche a un rôle important à jouer dans ce sens pour relever ces défis et promouvoir des pratiques agricoles (agriculture, élevage, exploitation forestière ...) vertueuses et résilientes permettant de répondre aux objectifs de développement durable". Elle permet également, poursuit-il, d’identifier les synergies avec les projets en cours et de prendre en compte les partenaires locaux, nationaux et mondiaux sur les changements climatiques. La FAO a montré que "14,5% des émissions de gaz à effet de serre d’origine anthropologique sont issues de la chaîne de valeur de l’élevage", a-t-il souligné. "Cela représente 7,1 gigatonnes d’équivalent CO2 par année dont 380 millions de tonnes d’équivalent CO2 provenant de l’Afrique subsaharienne", a-t-il fait savoir, ajoutant qu’’il représente seulement 5% des émissions mondiales". Dans cette perspective, "de nombreux scientifiques ont montré que certains phénomènes viendront menacer la sécurité alimentaire mondiale", souligne-t-il, énumérant "l’augmentation de la population qui, selon les prévisions, passera de 7 milliards d’individus dénombrés en 2015 à près de 9 milliards à l’horizon 2050". "Le changement climatique qui perturbe les cycles culturaux, augmente les risques de catastrophe et contribue à la dégradation des terres", a-t-il ajouté. SOURCE: APS


    Semaine Africaine du climat: Le président du Ghana annonce des mesures adéquates pour lutter contre les changements climatiques

  • Le 27/03/2019 11:56:54
  • La semaine Africaine qui c'est ouverte Lundi dernier au Ghana s'est achevée ce vendredi. Plus de 2500 participants dont des responsables gouvernementaux, des décideurs politiques, des représentants ministériels du monde ainsi que des organisations de la société civile Togolaise ont participé de cette manifestations du 18 au 22 mars 2019. Le continent Africain est touché par le phénomène du changement climatique. Des inondations dans le bassin du lac victoria à la sécheresse en somalie,en passant par la dégradation de l'environnement dans la région du sahel, le changement climatique constitue une menace pour la croissance économique des pays Africain. Fort de ce constat, les responsables politiques, les représentants du secteur, les médias ainsi que les présidents de la Républiques du Ghana se sont rassemblés à Accra pour trouver des solutions face à ce phénomène. C'est dans ce contexte qu'intervient la semaine africaine du climat sous le thème général "Action climatique en Afrique: une course que nous pouvons gagner".Lors de son discours, le président de la république du Ghana, Nana Akufo-Addo a déclaré qu e dans le contexte de ce cyclone dévastateur "la semaine Africaine du climat doit apporter des solutions plus pratiques pour canaliser les moyens financiers vers les ambitions climatiques nationales".Il a affirmé la nécessité de promouvoir une coopération mondiale de tous les pays parties prenantes et non parties, pour atteindre l'objectif de la température de 1,5 c fixé par l'accord de Paris. Toutefois, en marge de la semaine africaine du climat, la banque mondiale a annoncé la semaine dernière 22,5 milliards de dollars entre 2021 et 2025 pour financer des mesures d'adaptation et d’atténuation en Afrique. Un engagement qui a servi en prélude à l'organisation conjointe d'une" journée de tarification du carbone"soulignant comment des politiques et programmes novateurs pouvaient mobiliser les investisseurs climatiques, stimuler les avantages sociaux et surtout réduire la pollution par le carbone.


  • Le 30/03/2019 13:50:52
  • L’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) prévoit au cours du week-end un temps ensoleillé sur la majeure partie du Sénégal. Dans son bulletin de prévision transmis à l’APS,l’ANACIM table sur une persistance de la sensation de chaleur à l’intérieur du pays, particulièrement sur les régions du Sud-Est. La fraîcheur nocturne et matinale se maintiendra sur les zones proches de littoral. Ailleurs les températures minimales atteindront 28°C par endroits dans la zone orientale, indique la même source. Les visibilités seront globalement bonnes tandis que les vents seront de secteur Nord à Nord-ouest et d’intensités faibles à modérées, rapporte le document. Source: APS


    A Gorée, quatre vingt artistes exposent sur les vents et les marées

  • Le 01/04/2019 15:10:08
  • La douzième édition de l’exposition ’’Gorée Regards sur cours’’ (29-31 mars) sur l’île mémoire a réuni quatre-vingt artistes s’exprimant sous diverses expressions artistiques, a l’APS. Ces créateurs peintres, sculpteurs, sous-verristes, photographes, designers, vidéas, entre autres, de différentes nationalités ont exposé ’’contre vents et marrées’’ dans les maisons de Gorée. Ils ont envahi les cours, squattant les moindres coins et recoins des demeures. Les églises, les postes de santé et l’école Mariama Ba ne sont pas épargnés. Au centre socio-culturel Boubacar Joseph Ndiaye, deux artistes sénégalais, Camara Guèye et Soly Cissé, invités d’honneurs de cette édition, exposent leurs travaux. Soly Cissé dénonce à travers son installation ‘’Water for all’’ (de l’eau pour tous), matérialisée par des sceaux d’eau, ’’l’inégalité de l’accès à l’eau potable’’. Il place une cinquantaine de sceaux noirs à même le sol, certains sont à la renverse pour ceux qui n’ont pas accès à l’eau tandis que d’autres couverts de miroir sont pour ceux qui bénéficient du liquide précieux. Quant à Camara Guèye, installé à l’étage, il présente une série de peintures à l’acrylique et à l’huile sur toile avec divers sujets touchant à la problématique de la vie dans ‘’Diar Diar’’ (passage de la vie). Il peint aussi l’émigration clandestine qui selon lui dépasse ’’l’audace’’ en passant par celle dédiée aux associations sportives et culturelles déterminées à atteindre leur but. Marina Ricoux, présidente de l’association ’’Gorée regards sur cours’’, initiatrice de cette biennale des arts en alternance avec le Dak’art, a salué la ’’fidélité’’ de ces invités d’honneur. ’’Nous avons rendu des hommages au peintre gorée Souleymane Keita qui venait de décédé, puis au sculpteur Ousmane Sow. L’idée était de profiter d’un artiste vivant et là c’est Soly Cissé et Camara Guèye, des artistes majeurs de leur génération’’, a t-elle expliqué. Dans un autre coin de l’île, la jeune photographe française de l’école supérieur d’art de Limoges Auriane Le Nouy a accroché ses clichés sur les cimaises de l’Ordre de Malte. La particularité de ses images est la composition et les formes carrées mettant en valeur de petites plantes qui poussent contre vents et marrées dans des endroits inhabituels. Auriane Le Nouy qui visite pour la première fois le Sénégal et l’Afrique salue cette initiative de ’’Regards sur cours’’ qui est une ’’richesse’’. Chez l’ancienne magistrate, Marie José Crespin, les perles anciennes venues d’un peu partout de l’Afrique et du reste du monde ne sont plus un secret. Dans un coin de sa maison, elle aligne sur une table des colliers faits avec des os de poissons et des coquillages pour ainsi répondre à la thématique de cette édition. Elle a aussi étalé pour les visiteurs, les colliers acquis un peu partout dans les marchés de l’Afrique de l’ouest sillonnées lors de vacances et aussi ceux rapportés d’Egypte ou d’Afghanistan. Mais la récente découverte de cette passionnée des perles est ’’l’ambre jaune’’, résine fossilisée, dure et transparente avec laquelle on peut faire des colliers et des bagues. Sur les quatre-vingt artistes participant à cette édition de ‘’Regards sur cours’’, vingt sont de Gorée. L’artiste Baye Fall qui recycle les bouts de tissus ramassés chez le tailleur en leur donnant une autre vie présente des toiles en tissus et cuire où il dessine des personnages et des scènes de vie. Son collègue André Doly quant à lui offre à voir ses séries de sous-verres peignant des personnages au cou long. Pour lui, cet évènement majeur sur Gorée est ’’bénéfique’’ pour les artistes locaux comme lui. ’’’Regards sur cours’’ est aussi un moment de business pour ces nombreux artistes qui ont pour la plupart vendu certaines de leurs œuvres. La décoratrice d’intérieur Couna Mbodje Tramini a vendu quatre draps fait de pagne tissé, de rafia et de coton en plus des cousins en bogolan et en pagne tissé très prisés. Outre les expositions, les visiteurs ont eu droit à un récital de poèmes sur le thème de la mer sur la terrasse de la commune de Gorée.


    Le temps restera très ensoleillé pour les prochain 24 heures (ANACIM)

  • Le 01/04/2019 17:15:07
  • Un temps ensoleillé va prédominer sur l'ensemble du territoire sénégalais au cours de ces prochaines 24 heures sur le pays, annonce l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM). Dans une prévision "à courte échéance valable du lundi à 12 h à mardi à la même heure", l’agence annonce que la chaleur sera de mise sur la quasi-totalité du territoire sénégalais, "notamment sur les localités nord-est, sud-est et centre-est où les pics de températures avoisineront 40° à 42°C". "A Dakar, Saint-Louis et Thiès par contre, les températures seront moins intenses. La fraîcheur nocturne et matinale sera marquée sur les régions nord et proches du littoral nord où les températures minimales seront en-dessous de 20°C", indique l’ANACIM. Selon les prévisionnistes météo, les visibilités ’’seront généralement bonnes’’, et les vents "de secteur nord et d’intensités modérées".


    Baisse des températures sur l'ensemble du territoire sénégalais à partir de mercredi

  • Le 03/04/2019 13:04:54
  • Une baisse des températures sera notée sur l'ensemble du territoire national à partir de mercredi. C’est au niveau des localités Nord et le long de la cote qu’il faut attendre ces températures clémentes, annonce l'agence nationale de l'aviation civile et de la météorologie La fraîcheur nocturne et matinale se maintiendra sur les zones proches du littoral sénégalais, les températures minimales devant atteindre 28°C par endroits dans la zone orientale, précise l’ANACIM. Au cours des 48 heures, le ciel deviendra progressivement nuageux à couvert sur la zone Nord, avec des risques de fines pluies par endroits, indique l'agence. Elle note que le temps chaud sera de mise sur les régions de l’intérieur surtout sur la zone Est du pays à l’exception des localités proches du littoral où la chaleur sera moins soutenue. Les visibilités seront globalement bonnes avec des vents de secteur Nord et d’intensité faibles à modérée, ajoutent les prévisionnistes météo.


    UNE HAUSSE DU THERMOMÈTRE POUR LES PROCHAINES 72 HEURES

  • Le 09/04/2019 14:42:40
  • Les températures vont connaître une hausse sur la quasi-totalité du pays au cours des prochaines 72 heures, indique l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM). Cette hausse du thermomètre sera notamment perceptible dans les régions sud et centre-est avec des températures maximales qui tourneront autour de 43°C. Les prévisionnistes qui tablent sur un temps ensoleillé, indiquent que ‘’la région de Dakar sera une exception avec des températures maximales qui n’excéderont pas 27°C’’. Ils précisent que ‘’la fraîcheur nocturne et matinale sera plus ressentie sur les régions proches du littoral contrairement au reste du territoire où les températures minimales tourneront autour de 28°C’’. Selon eux, les visibilités vont demeurer "globalement bonnes’’, avec des vents de secteur nord à nord-est et d’intensité faible à modérée.


    APPROCHE TERRITORIALE DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES AU SÉNÉGAL : CAS DU PLAN CLIMAT TERRITORIAL INTÉGRÉ (PCTI) DE LA RÉGION DE DAKAR

  • Le 10/04/2019 17:12:30
  • De nos jours, l’un des défis majeurs auquel l’humanité fait face, est le changement climatique. Bien qu’il affecte l’ensemble de la planète, les pays de l’Afrique subsaharienne restent parmi les plus vulnérables aux manifestations négatives du changement climatique. Cela s’explique essentiellement par le fait que les activités économiques de ces pays sont étroitement liées à la qualité et à la disponibilité des ressources naturelles qui elles-mêmes sont sujettes aux variations du climat. Pour juguler les impacts négatifs du changement climatique, des politiques d’adaptation (ou climatiques en général) ont été initiées à l’échelle internationale suivant une démarche descendante. Cependant les manifestations du changement climatique transcendent aussi bien les frontières nationales que les limites administratives des collectivités territoriales. Ceci justifie une approche transfrontalière pour asseoir des réponses efficaces et appropriées parce que territorialisées, à un phénomène appréhendé jusque-là à partir de son caractère global. Ce rapport présente les résultats d’une étude de cas sur la formulation et la mise en œuvre du Plan Climat Territorial Intégré (PCTI) de Dakar. L’étude s’interroge sur la manière dont les approches intégrées qui sont préconisées, ont pris en charge la question de la dimension transfrontalière dans les réponses apportées.


    UNE QUALITÉ DE L’AIR MOYENNE À DAKAR

  • Le 12/04/2019 16:52:19
  • Le Centre de gestion de la qualité de l’air (CGQA) fait état d’une qualité de l’air "moyenne" pour la journée de ce vendredi à Dakar. Un indice jaune est prévu également pour les prochaines 48 heures, signale cet organisme relevant de la Direction de l’environnement et des établissements classés, dans un avis parvenu à l’APS. "Il existe un risque sanitaire pour les personnes particulièrement sensibles (jeunes enfants, asthmatiques et personnes âgées)", peut-on lire.


    CIEL DÉGAGÉ ET "FORTE SENSATION DE CHALEUR" POUR LA JOURNÉE DE JEUDI (ANACIM)

  • Le 18/04/2019 16:21:18
  • L’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) annonce pour jeudi un ciel dégagé avec "une forte sensation de chaleur" dans les régions de l’intérieur du Sénégal. "Le ciel sera majoritairement dégagé sur le pays" au cours de cette période, écrit l’ANACIM, précisant que "la forte sensation de chaleur persistera dans les régions de l’intérieur avec des pics de températures qui y avoisineront les 45°C". Selon les prévisionnistes météo, "la fraîcheur nocturne et matinale, quant à elle, sera relativement sensible sur les régions côtières où des minima de 18 à 20°C seront relevés". "Les visibilités seront globalement bonnes. Les vents seront de secteur nord à nord-ouest avec une intensité faible à modérée", ajoutent-ils.


    Top BannerSociete Vers un programme de résilience au changement climatique (Officiel)

  • Le 24/04/2019 13:03:34
  • Le gouvernement, par l’entremise du ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural, travaille à mettre sur pied dans les meilleurs délais un programme de résilience au changement climatique, a appris l’APS de source officielle. "Le Premier ministre (Mahammed Boun Abdallah Dionne) a instruit le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural", Moussa Baldé, "d’élaborer dès à présent, un programme de résilience au changement climatique", a annoncé le porte-parole du gouvernement Ndèye Tické Ndiaye Diop. Mme Diop, par ailleurs ministre de l’Economie numérique et des Télécommunications, s’entretenait avec des journalistes, mardi, au sortir d’un conseil interministériel sur la campagne agricole 2019-2020. Plusieurs ministres concernés, dont celui de l’Agriculture et de l’Equipement rural, ainsi que des acteurs du secteur ont participé à cette rencontre présidée par le Premier ministre. Lors du dernier conseil des ministres, le président de la république, Macky Sall a invité le premier ministre à tenir, avant fin avril, un conseil interministériel pour la préparation de la campagne de commercialisation agricole. "Dans son introduction, le Premier ministre a rappelé la nécessité de prendre en considération le PSE vert et le PSE industrialisation à l’élaboration du PRACAS II", le Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise, rapporte Ndèye Tické Ndiaye Diop. Le chef du gouvernement a par ailleurs "insisté sur la nécessité de favoriser les investissement privés et étrangers" dans le secteur de l’agriculture, a indiqué le porte-parole du gouvernement. Elle signale qu’à l’occasion de ce conseil interministériel, le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural ’’a présenté le bilan de la campagne agricole écoulée, aussi bien en termes de productions que de commercialisation". Selon Ndèye Tické Ndiaye Diop, ce bilan fait état d’une "progression de la production pour toutes les filières, ce qui a contribué à hauteur de 9,02% au PIB" du Sénégal. Le ministre de l’Agriculture a également "présenté le programme agricole 2019-2020 dont les objectifs sont la consolidation des acquis par un accroissement de la production (céréales 7%, cultures industrielles 6%, cultures diverses 24% et les cultures horticoles 13%)". "Ce programme jugé réaliste et réalisable par l’ensemble des acteurs a été validé par le conseil interministériel", a signalé le porte-parole du gouvernement. Concernant l’enveloppe budgétaire devant être mobilisée pour la mise en œuvre de ce programme, le Premier ministre "a instruit les ministres des Finances et de l’Agriculture, de finaliser le projet de budget y afférent", a dit Ndèye Tické Ndiaye Diop, précisant que ce projet de budget sera examiné prochainement en Conseil des ministres.


    Top BannerSociete Vers un programme de résilience au changement climatique (Officiel)

  • Le 24/04/2019 13:03:55
  • Le gouvernement, par l’entremise du ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural, travaille à mettre sur pied dans les meilleurs délais un programme de résilience au changement climatique, a appris l’APS de source officielle. "Le Premier ministre (Mahammed Boun Abdallah Dionne) a instruit le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural", Moussa Baldé, "d’élaborer dès à présent, un programme de résilience au changement climatique", a annoncé le porte-parole du gouvernement Ndèye Tické Ndiaye Diop. Mme Diop, par ailleurs ministre de l’Economie numérique et des Télécommunications, s’entretenait avec des journalistes, mardi, au sortir d’un conseil interministériel sur la campagne agricole 2019-2020. Plusieurs ministres concernés, dont celui de l’Agriculture et de l’Equipement rural, ainsi que des acteurs du secteur ont participé à cette rencontre présidée par le Premier ministre. Lors du dernier conseil des ministres, le président de la république, Macky Sall a invité le premier ministre à tenir, avant fin avril, un conseil interministériel pour la préparation de la campagne de commercialisation agricole. "Dans son introduction, le Premier ministre a rappelé la nécessité de prendre en considération le PSE vert et le PSE industrialisation à l’élaboration du PRACAS II", le Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise, rapporte Ndèye Tické Ndiaye Diop. Le chef du gouvernement a par ailleurs "insisté sur la nécessité de favoriser les investissement privés et étrangers" dans le secteur de l’agriculture, a indiqué le porte-parole du gouvernement. Elle signale qu’à l’occasion de ce conseil interministériel, le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural ’’a présenté le bilan de la campagne agricole écoulée, aussi bien en termes de productions que de commercialisation". Selon Ndèye Tické Ndiaye Diop, ce bilan fait état d’une "progression de la production pour toutes les filières, ce qui a contribué à hauteur de 9,02% au PIB" du Sénégal. Le ministre de l’Agriculture a également "présenté le programme agricole 2019-2020 dont les objectifs sont la consolidation des acquis par un accroissement de la production (céréales 7%, cultures industrielles 6%, cultures diverses 24% et les cultures horticoles 13%)". "Ce programme jugé réaliste et réalisable par l’ensemble des acteurs a été validé par le conseil interministériel", a signalé le porte-parole du gouvernement. Concernant l’enveloppe budgétaire devant être mobilisée pour la mise en œuvre de ce programme, le Premier ministre "a instruit les ministres des Finances et de l’Agriculture, de finaliser le projet de budget y afférent", a dit Ndèye Tické Ndiaye Diop, précisant que ce projet de budget sera examiné prochainement en Conseil des ministres.


    TEMPS ENSOLEILLÉ POUR LES PROCHAINES 24 HEURES (ANACIM)

  • Le 24/04/2019 17:06:36
  • Le ciel sera ensoleillé sur l’ensemble du territoire au cours des prochaines 24 heures, indique le bulletin de prévision à courte échéance de l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM). La chaleur diurne se maintiendra à l’intérieur du pays surtout sur les localités orientales où les maxima de températures varieront entre 39° et 43°C, par contre sur le long de la côte, le temps restera clément, signale l’agence. Elle ajoute que la fraîcheur nocturne et matinale se maintiendra sur les régions proches du littoral où les températures minimales ne dépasseront pas 21°C. Les visibilités seront généralement bonnes et les vents de secteur Nord à Nord-ouest et d’intensités faibles à modérées.


    UN CIEL ’’ENSOLEILLÉ À PASSAGÈREMENT NUAGEUX’’ POUR LA JOURNÉE DU VENDREDI (MÉTÉO)

  • Le 26/04/2019 16:05:55
  • Un temps ensoleillé prédominera dans la journée du vendredi sur l’ensemble du territoire sénégalais, indique l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM) dans un bulletin météo à courte échéance reçu à l’APS. Les prévisionnistes météo annoncent également qu’au cours de la nuit et dans la matinée du samedi, un ’’débordement de système nuageux en provenance du Mali pourrait occasionner des risques de pluies à l’extrême Sud-est.’’ Ils soulignent par ailleurs que ’’la chaleur sera fortement marquée à l’intérieur du pays surtout sur les régions Est et Sud où les pics de températures maximales avoisineront 43° à 44°C.’’ Aussi, annoncent-ils des visibilités ’’généralement bonnes’’ et une fraîcheur nocturne et matinale ‘’moins ressentie sur les régions proches du littoral.’’


    Désaccords au conseil de l'Arctique en raison du changement climatique

  • Le 07/05/2019 13:02:30
  • Divergences de points de vue au sommet du conseil de l'Arctique en Finlande. Réuni à Rovaniemi, les ministres des 8 pays riverains du cercle polaire ont discuté des grands dossiers ­environnementaux et économiques de la zone, et pour la première fois, ils ne sont pas parvenus à se mettre d'accord sur une déclaration finale. Les Etats-Unis ayant refusé de mentionner le changement climatique dans le texte. Eclairage de Jonas Parello Plesner, analyste du cabinet de conseil Rasmussen Global : "C'est un peu particulier que les Etats-unis, qui nient au plus haut niveau le changement climatique, profitent des options qui se présentent à cause du changement climatique dans l'Arctique. (...) Par dessus tout, pour les petits Etat membres qui constituent l'ossature du conseil de l'Arctique, on note dans la région une importante concurrence introduite par les grandes puissances comme les Etats-Unis, la Chine mais aussi de façon croissante par la Russie." Exploration de gisements pétroliers et de gaz, exploitation de la route maritime du nord qui devient de plus en plus navigable en raison du recul de la banquise, il y a de quoi se battre pour l'Arctique et ces ressources. Les Etats-Unis ont annoncé qu'ils allaient renforcer leur présence dans la zone alors que la Chine espère faire de l'Arctique un maillon de son vaste projet des "Nouvelles routes de la soie" et que la Russie a rouvert des bases militaires russes fermées depuis la chute de l'URSS.


    Le président Sebastián Piñera et la ministre Carolina Schmidt lancent le sommet de la COP25 sur le changement climatique

  • Le 07/05/2019 13:39:37
  • Le Chili accueillera la plus importante réunion du monde sur le changement climatique, à laquelle participeront 196 pays et l'Union européenne, ainsi que des organisations environnementales, et au cours de laquelle des engagements plus contraignants et ambitieux en matière de protection de la planète devraient être pris. Le président Sebastián Piñera a annoncé jeudi le sommet de la COP25 sur le changement climatique, qui se tiendra au Chili en décembre 2019, et a appelé à des mesures plus strictes et ambitieuses et à comprendre l'urgence des changements nécessaires à la protection de la planète. «Ce sommet sera une occasion formidable pour que le Chili et le monde entier prennent conscience du fait que le temps est en train de s'écouler et que les objectifs deviennent de plus en plus urgents et exigent davantage d'ambition et de force exécutoire, ce pourquoi il est temps d'agir.», a déclaré le président. La cérémonie s'est déroulée au palais de La Moneda. Le président était accompagné de la ministre de l'Environnement du Chili et présidente de la COP25, Carolina Schmidt, de ministres d'État, de parlementaires, de maires, de conseillers, d'organisations de la société civile, d'ONG liées à l'environnement, de jeunes et d'enfants. Le président a rappelé l'attachement du Chili au processus de transformation vers le développement durable et l'importance d'impliquer les citoyens, de les éduquer pour lutter contre le changement climatique et de mettre en œuvre des politiques d'atténuation et d'adaptation. Il a également été souligné, lors de cette cérémonie, que le sommet en question abordera des sujets tels que les océans, l’Antarctique, les énergies renouvelables, l’économie circulaire, les écosystèmes, la biodiversité et l’électromobilité, entre autres. La conférence se tiendra dans le parc bicentenaire de Cerrillos Cette cérémonie a également été l'occasion de révéler le logo de la COP25 et le lieu de réalisation du sommet, en l'occurrence, le Parc du bicentenaire de Cerrillos, un espace à large connectivité, de nature citoyenne et contenant des espaces verts. Pour la ministre de l'Environnement, Carolina Schmidt, « accueillir la COP25 et diriger les négociations internationales sur l'action climatique est un signe que le Chili peut jouer dans la cour des grands. C’est une occasion de faire de la protection de l’environnement un sujet national, où nous avons tous un rôle à jouer ». En outre, Gonzalo Muñoz Abogair, expert en environnement, cofondateur et directeur exécutif de TriCiclos, première B Corp certifiée en Amérique du Sud, a été annoncé comme la figure de proue de la COP25, chargé de conseiller la présidence de la COP et de diffuser des messages au niveau régional, national et international. « J'espère que ce rôle me permettra d'apporter mon aide afin de mobiliser l'action en faveur du climat de toutes les parties prenantes - villes, entreprises, investisseurs et société civile - dans le but de faciliter la prise en compte par ces parties de l'agenda et du sens de l'urgence qu'apporteront les gouvernements, les scientifiques et les organisations non gouvernementales dans les cadre de la COP25 », a déclaré Muñoz. Le Chili s’est révélé être l’un des pays actifs dans la lutte contre le changement climatique, en étant reconnu par Blooomberg comme le premier pays à investir dans les énergies renouvelables, ainsi que par l'élimination des sacs en plastique et son leadership dans la transformation vers l’électromobilité. Par ailleurs, Santiago est la deuxième ville, derrière Pékin, à avoir le plus grand nombre de bus électriques. La COP25 se tiendra à Santiago, au Chili, du 2 au 13 décembre. Les pré-sessions auront lieu du 26 novembre au 1er décembre.


    UNE "CHALEUR INTENSE" ANNONCÉE DANS LES RÉGIONS DE L’INTÉRIEUR (ANACIM)

  • Le 07/05/2019 15:44:48
  • Une sensation de "chaleur intense" va prédominer dans les régions de l’intérieur du Sénégal où les températures pourront atteindre 44 à 47 °C au cours des prochaines 24 heures, annonce l’Agence nationale de l’aviation civile et de la météorologie (ANACIM). "La sensation de chaleur intense restera de mise à l’intérieur du territoire où des températures maximales de 44 à 47°C seront enregistrées", peut-on lire dans un bulletin de l’ANACIM dont les prévisions sont entrées en vigueur à partir de mardi midi. Selon l’ANACIM, le temps restera cependant clément sur les régions côtières où des pics de 30°C seront relevés au cours de la même période. Les prévisionnistes météo ajoutent que la fraîcheur nocturne et matinale "sera moins ressentie sur le pays où les minima de température seront compris entre 22 et 30°C". Ils signalent que les visibilités seront "généralement bonnes", les vents devant être de secteur "nord à nord-ouest et d’intensité faible à modérée". "Le ciel sera passagèrement nuageux sur les régions nord et centre-ouest du pays au cours de ces prochaines 24 heures. Ailleurs, il sera ensoleillé", conclut l’ANACIM.


    Articles Similaires

    Lorsque j’avais six ans j’ai vu, une fois, une magnifique image, dans un livre sur la Forêt Vierge qui s’appelait « Histoires Vécues».

    Victor Hugo